Les développeurs de crypto-monnaies se battent contre la position du DOJ en matière de transfert d’argent

Last Updated:
Cryptocurrency Developers Fight Back Against DOJ's Money Transmission Stance
  • L’interprétation du DOJ de la transmission d’argent s’étend aux logiciels cryptographiques non dépositaires, remettant en question les normes de l’industrie.
  • Les directives historiques du FinCEN soutiennent les services non dépositaires, en mettant l’accent sur les distinctions en matière de conservation d’actifs.
  • Les critiques affirment que la position du DOJ manque de cohérence, car la propriété des crypto-monnaies reste entre les mains des utilisateurs, et non des fournisseurs de services.

Les récents arguments politiques avancés par le département de la Justice des États-Unis (DOJ) concernant la portée de l’interdiction fédérale d’exploiter une entreprise de transfert d’argent sans licence ont suscité de vives inquiétudes.

La communauté des cryptomonnaies a exprimé son inquiétude quant à l’interprétation du DOJ, en particulier son application aux services logiciels de cryptoactifs non dépositaires. Cette interprétation semble diverger à la fois de l’intention initiale du Congrès et des directives établies du FinCEN, le Financial Crimes Enforcement Network du département du Trésor.

Un point de désaccord clé porte sur la façon dont le « transfert d’argent » est défini dans les lois et règlements applicables. Bien que la position du DOJ suggère que toute interaction avec la crypto-monnaie, y compris l’implication non dépositaire, pourrait être considérée comme une transmission d’argent, les défenseurs des services non dépositaires présentent un point de vue contrasté. Ils soulignent que la réception directe et le contrôle des avoirs sont des conditions essentielles pour la transmission d’argent, éléments qui ne sont pas présents dans les services non dépositaires.

En outre, les directives historiques du FinCEN s’alignent sur l’interprétation selon laquelle les logiciels de crypto-actifs non dépositaires ne relèvent pas des exigences d’enregistrement des entreprises de transmission d’argent.

Datant de plus d’une décennie, cette directive souligne la différenciation entre les services de garde et les services non carcératifs, exemptant ces derniers des exigences d’enregistrement. Des clarifications récentes du FinCEN renforcent cette position, soulignant l’importance de facteurs tels que la conservation et le contrôle des actifs.

Les critiques de l’interprétation du DOJ affirment qu’elle contredit non seulement les directives du FinCEN, mais manque également de cohérence logique. Ils soutiennent que la propriété et le contrôle des actifs en crypto-monnaie restent entre les mains des utilisateurs à tout moment, même lors de transactions facilitées par un logiciel non dépositaire. Les analogies établies par le DOJ avec d’autres formes de transmission, telles que la chaleur ou le transfert de données, ne parviennent pas à saisir la nature unique des transactions et de la propriété des crypto-monnaies.

À mesure que ces préoccupations augmentent, il est de plus en plus demandé au DOJ de revoir sa compréhension de l’article 1960. Les défenseurs des logiciels de cryptoactifs non dépositaires soulignent l’importance de favoriser l’innovation et de maintenir la confiance dans le système juridique. Ils soutiennent que tenir les développeurs de logiciels non dépositaires responsables d’éventuelles accusations criminelles entraverait non seulement l’innovation, mais diminuerait également la confiance dans la structure réglementaire régissant les crypto-monnaies.

Disclaimer: The information presented in this article is for informational and educational purposes only. The article does not constitute financial advice or advice of any kind. Coin Edition is not responsible for any losses incurred as a result of the utilization of content, products, or services mentioned. Readers are advised to exercise caution before taking any action related to the company.